Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 09:00

Encore une très belle exposition au musée d'Orsay, avec des œuvres d'une grande variété, et qui donne l'occasion de revoir quelques chefs d'œuvre.

Paul Signac (1863-1935) collectionne surtout les œuvres de ses contemporains. Figure de proue du néo-impressionnisme, membre fondateur du Salon des Artistes indépendants créé en 1884, grand organisateur d'expositions, il est en effet au cœur de l'actualité artistique. L'amitié jouant un grand rôle dans sa vie, les échanges entre peintres et les cadeaux contribuent largement à l'enrichissement de sa collection. Issu d'une famille de commerçants aisés, Signac achète aussi auprès d'artistes souvent moins favorisés que lui ou sur le marché de l'art. En 1906, son ami le journaliste et critique d'art Félix Fénéon est engagé par la célèbre galerie parisienne Bernheim-Jeune et devient son marchand. Dès lors, Signac acquiert régulièrement des tableaux auprès de cette galerie. Sans surprise, ses choix reflètent une prédilection pour la couleur pure. Militant de la cause « néo », Signac aime convaincre ses interlocuteurs, et les tableaux qu'il accroche aux murs de ses résidences, à Paris comme à Saint-Tropez, illustrent ses idées. Il reçoit chez lui peintres, marchands et critiques d'art. Parmi eux. les premiers historiens de l'impressionnisme, Julius Meier-Graefe et surtout John Rewald, qui retiennent que la filiation entre l'impressionnisme et le fauvisme s'opère via le néo-impressionnisme.

L'exposition ouvre sur quelques œuvres de Paul Signac :

Route de Gennevilliers, huile sur toile, 1883

 

Signac collectionneur (1/2)

Herblay. Brouillard. Opus 208, huile sur toile, 1889

Signac collectionneur (1/2)

Femmes au puits. Opus 238, huile sur toile, 1892

Signac collectionneur (1/2)

Les Andelys. La Berge, huile sur toile, 1886

Signac collectionneur (1/2)

Saint-Tropez. La Bouée rouge, huile sur toile, 1895

Signac collectionneur (1/2)

Avignon. Soir (le château des Papes), huile sur toile,, 1909

Signac collectionneur (1/2)

La Voile verte (Venise), huile sur toile, 1904

Signac collectionneur (1/2)

Les maîtres

Autodidacte et admirateur de Monet, Degas, Caillebotte et Guillaumin, Signac tente dès l'adolescence de convaincre sa famille d'acheter de la peinture impressionniste. Il se forme en regardant leurs œuvres, dont certaines trouveront place dans sa collection. À l'issue de la vente posthume d'Édouard Manet en 1884, il ne peut s'offrir qu'un dessin mais, dès qu'il reçoit, à 21 ans, une somme mise de côté pour lui, il achète La Plaine de Saint-Ouen-l'Aumône, vue prise des carrières du Chou, un Cézanne qu'il conservera toute sa vie. Si l'art de Claude Monet déclenche la vocation de peintre de Signac, ses œuvres entreront dans sa collection tardivement, pour des raisons financières, avec Le Village de Lavacourt et Pommier en fleurs au bord de l'eau, acquis respectivement vers 1930 et 1932. Armand Guillaumin, qu'il rencontre en 1884, est le premier peintre à le conseiller, Signac acquiert sa peinture Quai de la Rapée. Grâce à lui, il entre en relation avec Camille Pissarro qui sera un maître bienveillant. Il lui achète notamment une œuvre néo-impressionniste, Le Troupeau de moutons, Éragnysur-Epte (1888). C'est par son intermédiaire qu'il achète son premier Degas en 1887, Avant le lever de rideau : plusieurs dessins rejoindront ensuite sa collection, notamment après les ventes qui suivent le décès de l'artiste en 1918. Parmi les maîtres collectionnés, il faut citer encore Eugène Boudin (6 œuvres) et Johan Barthold Jongkind (1 peinture 15 dessins, 2 eaux-fortes et 26 aquarelles) ainsi que les artistes japonais (une quinzaine d'estampes et une vingtaine d'albums illustrés) dont l'art est pour Signac une source majeure d'inspiration.

Eugène Delacroix (1798-1862) : Mazeppa, plume et aquarelle sur papier, non daté

Signac collectionneur (1/2)

Johan Barthold Jongkind (1819-1891) :

Anvers, aquarelle et crayon sur papier, 28 septembre 1866
Le Chaland, canal de Willebroek, aquarelle et crayon sur papier, 1866

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Eugène Boudin (1824-1898) :

Étude de ciel, pastel, non daté
Bateaux de pêche par temps gris, huile sur bois, 1888-1890

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Armand Guillaumin (1841-1927) : Quai de la Rapée, huile sur toile, vers 1880-1881

Signac collectionneur (1/2)

Camille Pissarro (1830-1903) :

Paysannes au bois, huile sur toile, 1881
Paysanne assise, pastel sur papier, vers 1880-1882
Paysans, retour de marché, aquarelle et crayon sur papier, vers 1880-1885
Enfants jouant, dit aussi Enfants au jardin, aquarelle, 1887
Le Troupeau de moutons, Éragny-sur-Epte, huile sur toile, 1888

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Paul Cézanne (1839-1906) :

Trois poires, dit aussi Les Trois Poires : Nature morte, huile sur toile, 1878-1879
La Plaine de Saint-Ouen-l'Aumône vue prise des carrières du Chou dit aussi Auvers-sur-Oise, huile sur toile, vers 1880

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) ; Deux paysages et une nature morte, huile sur toile, non daté

Signac collectionneur (1/2)

Claude Monet (1840-1926) : Pommier en fleurs au bord de l'eau, huile sur toile, 1880

Signac collectionneur (1/2)

Edgar Degas (1834-1917) :

Deux danseuses en maillot (Arlequin et Colombine), fusain gras sur papier, 1892
Plusieurs autres dessins de la même période

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Edouard Manet (1832-1883) : La Belle Polonaise, lavis d'encre de Chine et crayon sur papier, vers 1878

Signac collectionneur (1/2)

Cette section se termine sur les artistes japonais :

Katsushika Hokusai (1760-1849) :

La Manga, deux des quatorze volumes d'illustrations publié de 1814 à 1878

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Deux œuvres hautes en couleurs dont nous n'avons pas relevé l'auteur ni la date 

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

et quatre belles gravures sur bois en couleurs nishiki-e, ôban tate-e, triptyque :

Signac collectionneur (1/2)

Utagawa Hiroshige (1797-1858) : Épisode de la vie de Minamoto no Yoshitsune (1159-1189), non daté
Utagawa Kusinada (1786-1865) :
Scène nocturne sur la terrasse d'un restaurant, non daté
Un prince, une princesse et des dames de la cour naviguant sur l'étang d'un jardin sous une pleine lune en juin, illustration probable d'un épisode du Dit du Genji, 1849-1850
Utagawa Yoshitsuya (1822-1868) : Yoshitsune et ses dix-neuf serviteurs dans un bateau (Yoshitsune jûku shin), 1847-1852

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Georges Seurat

Signac rencontre Georges Seurat en 1884 lors du premier Salon des Artistes indépendants. Malgré des formations et des tempéraments radicalement différents, ils se lient d'amitié et s'intéressent ensemble aux thèses scientifiques contemporaines autour de la perception de la couleur (Charles Blanc. Eugène Chevreul, Charles Henry et Ogden Rood). À cette époque, Signac admire l'art de Monet et peint de façon impressionniste. Mais tout change au cours de l'hiver 1885-1886, quand Seurat reprend son œuvre Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte (1884-1886). Il ponctue la toile de petites touches de couleurs pures, laissant à l'œil du spectateur le soin d'opérer, à distance, la fusion des tons. D'emblée, Signac adopte cette nouvelle technique, bientôt baptisée « néo-impressionniste », et qui ne tarde pas à faire de nombreux adeptes. Quand Seurat meurt brutalement en 1891, Signac devient le chef de file du mouvement et défend la mémoire de son ami disparu. Très tôt, il collectionne ses œuvres, réunissant un ensemble exceptionnel de plus de 80 dessins, études, esquisses et tableaux, recouvrant tous les aspects et toutes les périodes de l'art de Seurat.

Georges Seurat (1859-1891) : Portrait de Paul Signac, crayon Conté sur papier, 1890
 

Signac collectionneur (1/2)

Le Cirque, huile sur toile, 1891

Quand Seurat meurt en 1891, son dernier tableau, Le Cirque, apparaît comme son testament artistique. Bouleversé, Signac s'efforce dès lors d'honorer la mémoire de son ami, collectionne ses œuvres avec passion et achète Le Cirque en 1900. Obligé de se séparer en 1923 de ce fleuron d'un ensemble de plus de 80 peintures et dessins de Seurat, il n'accepte de le céder à John Quinn, un collectionneur américain, que sous la promesse de le léguer au Louvre. En 1924, Le Cirque est ainsi le premier Seurat à entrer dans les collections nationales.

Signac collectionneur (1/2)

Chahut, esquisse, huile sur toile, 1889

Si Signac s'intéresse de près aux travaux préparatoires de ses confrères, c'est notamment parce qu'il y trouve un enseignement. Ici, son choix s'est arrêté sur la seconde esquisse de Chahut (1889-90), une grande toile de Seurat empreinte d'un humour caricatural. Tous les éléments de la composition finale sont déjà présents dans cette esquisse de moyennes dimensions, jusqu'à la bordure et au cadre peint, auxquels Seurat prête toujours un soin particulier.
 

Signac collectionneur (1/2)

La Seine à Courbevoie, huile sur toile, 1895

Signac collectionneur (1/2)

Le Tas de pierres, dit aussi Casseurs de pierre, huile sur toile, vers 1884
et trois petites esquisses de tableaux :
Poseuse debout, esquisse, dit aussi De face
Petite esquisse des Poseuses
Aman-Jean en Pierrot

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Trois études de paysages de petite dimension :

Le Fort Samson à Grandcamp
Abords du village
Gravelines : un soir

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

et trois autres petites études pour Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte (1884-1885)
Trois dos
Couseuse
Paysage, homme assis, femme étendue

Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)
Signac collectionneur (1/2)

Nous invitons le lecteur à patienter jusqu'à un prochain billet pour la fin du parcours de cette si riche exposition.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche