Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 08:00

Un article consacré au riche patrimoine monumental d'une commune du Morbihan d'environ 3 000 habitants, Le Faouët. (ci-contre les armes actuelles de la ville, reprises des seigneurs de Boutteville et qu'on retrouvera dans la suite de ce billet dans les chapelles remarquables construites par cette famille.)

Au centre de la ville, les halles édifiées entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle. Elles sont longues de 53 mètres et larges de 19 mètres. Couvert d'une vaste toiture reposant sur de petites colonnes de granit, l'édifice s'ouvre de chaque côté par deux imposants portiques. La charpente est impressionnante par sa qualité et son volume.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

À un kilomètre et demi au nord-est du bourg, dans un vallon, se trouve la chapelle Sainte-Barbe.  Étape sur un des chemins bretons du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle et sanctuaire attirant de nombreux fidèles lors du pardon de sainte Barbe, le site a été aménagé dans le but de faciliter les processions et pèlerinages, avec son immense esplanade qui fait office de placître, l'escalier monumental avec rampe sur balustres et la chapelle.

La chapelle elle-même a été construite du XVIe siècle au XVIIe siècle, les principaux travaux étant réalisés de 1489 à 1512.  L'aménagement du site avec un escalier monumental a été réalisé par Sébastien Le Meur en 1700 :  il est constitué d'un système de quatre rampes sur plan cruciforme et orné de balustres de style Louis XIII, avec à son sommet le petit oratoire Saint-Michel.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

En contrebas, la chapelle, de style gothique flamboyant. Elle n'est constituée, du fait de l'étroitesse du lieu, que d'une seule travée et d'une abside et présente l'originalité de ne pas être orientée dans l'axe traditionnel Ouest/Est, mais dans un axe Sud-Est/Nord-Ouest.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Les deux portails de la façade occidentale sont composés chacun de deux portes jumelées surmontées d'un tympan ajouré.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

À l'intérieur, le choeur liturgique débordant sur la croisée, 

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

La chapelle comporte encore de beaux vitraux anciens, comme :

- Le martyre de Sainte-Barbe, dans le bras nord du transept (4,80 m de haut sur 1,50 m de large). Datation : 1510-1515.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

- La Transfiguration, à l'est de de l'autel principal (4,65 m de haut sur 1,40 m de large). Datation : 1512-1515.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Des ex-votos, bateau et remerciements à Sainte-Barbe après des incendies.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Sur l'esplanade, le campanile où, sous un toit soutenu par des piliers, se balance la cloche des pèlerins

Le Faouët (Ar Faoued)

la grande croix des pardons

Le Faouët (Ar Faoued)

et le tombeau d'un grand républicain du Faouët, contrepoint bienvenu aux féodaux dont les armes envahissent la chapelle, Claude-René Bellanger.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Un peu plus au nord, en pleine campagne, se dresse la chapelle Saint-Sébastien. Elle a probablement été bâtie en tant qu'ex-voto pour la cessation de l'épidémie de peste de 1598.

Le Faouët (Ar Faoued)

L'édifice est en forme de croix latine, à vaisseaux uniques épaulés par des contreforts angulaires. Ceux-ci sont amortis par des pinacles et ornés de gargouilles sculptées. Le chevet à trois pans est de type Beaumanoir.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Le détail des gargouilles, particulièrement expressives.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Des portails qui, même condamnés, gardent leur élégance.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Il est malheureusement impossible actuellement d'accéder à l'intérieur de la chapelle, qui s'est considérablement dégradée ces derniers temps. Nous en proposons au lecteur un aperçu.
On peut y voir une belle poutre de gloire :

Poutre de gloire chapelle Saint Sébastien Le Faouët

Mais l'édifice est surtout remarquable par le décor de ses sablières, sculptées entre 1600 et 1608 par Gabriel Brenier.
- une danse macabre conduite par le diable au son du biniou
- deux hommes tête-bêche tenant un bâton, accompagné de l'inscription « Faict par Gabriel Brenier l'an 1608. »
- deux hommes faisant la sieste

Le Faouët sarabande Le Faouët tête-bêche Le Faouët sieste

Terminons par un pur joyau, à quelques kilomètres au sud du Bourg, la chapelle Saint-Fiacre.

Construite à partir du XVe siècle (vers 1450), elle présente une façade découpée en trilobes avec un clocher sur pignon fréquemment retrouvé en Bretagne. Celui de Saint-Fiacre est cependant triple flanqué de deux tourelles latérales et d'un balcon.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

 La chapelle est surtout célèbre pour son exceptionnel jubé en bois polychrome de style flamboyant réalisé de 1480 à 1492 par Olivier Le Loergan, classé monument historique dès 1862. Le côté de la nef illustre des scènes de la tentation d'Adam et Ève, de l'Annonciation de Marie, et de la passion du Christ.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Quelques anges ornant les culots des retombées de la tribune

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Deux anges ornant les clés des fausses voûtes de la tribune portent des écus avec des inscriptions qui témoignent de la date (1480) de cette réalisation et du nom de son auteur (Olivier  Le Loergan).

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Encore quelques détails :

- les personnages de Marie et Jean au pied de la crucifixion,
- détail du haut de la porte centrale de la clôture,
- Adam et Ève sous le figuier.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

La face côté chœur n'est pas moins ornée, représentant des péchés capitaux et vices, avec le vol (de fruit dans un arbre), l'ivresse (un homme vomissant un renard), la luxure (un homme et une femme), la paresse (un musicien breton).

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Deux figures grotesques de la sablière de la clôture

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Les figures ornant les culots des retombées de la tribune

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

De chaque côté du jubé :

- la statue d'un noble personnage agenouillé au pied de ce jubé. Cette statue en chêne du XVe siècle représenterait le duc Jean V, duc de Bretagne de 1399 à 1442.
- les vestiges très dégradés d'un retable figurant le martyre de Saint-Sébastien.
 

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Dans le chœur, notons encore :

- Saint Fiacre, statue de bois polychrome de 1,41m, du XVIe siècle, dans sa niche de 3,10 m,  à candélabres feuillagés sur les montants, surmontée d'un dais à quatre niveaux.
- Sainte Apolline et ses bourreaux, statue en pierre du XV-XVIe siècle où la sainte est attachée par les cheveux à une potence, tandis que ses mains sont attachées dans le dos et que ses deux bourreaux, armés de tenailles, sont en train de lui arracher les dents.
- une curieuse chaire-balcon du XVIIIe siècle

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Parmi les vitraux :

- la Passion (maîtresse-vitre), milieu du XVIe. Haut de 5,30 m et large de 2,52 m.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

- la Vie de Saint-Jean Baptiste (détail) - milieu du XVIe siècle

Le Faouët (Ar Faoued)

- la Sainte Parenté (détail) 1550, restauré en 1912

Le Faouët (Ar Faoued)

- l'arbre de Jessé.
 Cette verrière mesure 4,45m de haut et 1,96m de large ; elle se compose de quatre lancettes trilobées et d'un tympan de 5 ajours et écoinçons. Elle est datée du troisième quart du XVe et du milieu du XVIe siècle. Elle a été (peu) restaurée en 1910-1917 par la maison Delon de Paris.

Le Faouët (Ar Faoued)

Quelques vues de l'extérieur de la chapelle, avec son chevet carré et sa grande vitre maîtresse de la Passion, son clocher triple sur pignon.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

un grand et un petit portails latéraux

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

À proximité de la chapelle, un four à pain ancien en bon état.

Le Faouët (Ar Faoued)
Le Faouët (Ar Faoued)

Depuis le four, un dernier regard sur la magnifique façade de la chapelle avant de prendre congé.

Le Faouët (Ar Faoued)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche