Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2022 6 17 /09 /septembre /2022 08:00
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Nous terminons dans ce billet le parcours de la rétrospective présentée par la Fondation Louis Vuitton à l'occasion du centenaire de la naissance de Simon Hantaï (cf notre dernier billet) avec la série des Meuns (1966-1968).
Avec cette série qui a pour nom le village de Seine-et-Marne où Simon Hantaï s'est installé en 1965, le blanc ou « non-peint » devient déterminant.
« La toile est pliée aux quatre coins et au centre, puis recouverte d'une seule couleur. Quelques coups de pinceaux soulignent parfois certains plis ou zones laissées vierges ».

Six Meuns datés de 1967 et 1968, huile sur toile

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Passons aux Études (1968-1971), sans doute l'uns des créations les plus connues de l'artiste, avec les Tabulas.
« La toile est pliée uniformément et recouverte d'une seule couleur, afin d'obtenir de larges formes blanches (non colorées) découpées irrégulièrement »

La plupart de ces Études datent de 1969

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Dans une très belle salle, les Blancs (1973-1974)
« Le pliage de la toile est conçu de telle sorte que les zones colorées sont de plus en plus restreintes, tandis que les blancs (les zones non colorées) sont de plus en plus grandes. »

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Cette période correspond à l'adoption de l'acrylique par le peintre.
Ces Blancs sont datés de 1973 et 1974.

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

La période des Tabulas s'étend de1972 à 1982, date du retrait de Simon Hantaï de la vie publique.

Ces toiles de très grandes dimensions occupent plusieurs des grandes salles du premier étage de la Fondation.
« Le pliage de la toile s'organise selon un quadrillage régulier, permettant de faire apparaître un ensemble de carrés ou compartiments. La toile, nouée à l'intersection de chacun des carrés, est ensuite recouverte d'une même couleur ».

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Mono ou multicolores, aux carrés de dimensions très variables,...

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

jusqu'à cette Tabula lilas de 1982

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Exposées notamment à une des rares expositions auxquelles Simon Hantaï a consenti après son retrait en 1982, les Laissées (1994-1995).


Les Laissées (du nom des déjections d'animaux sauvages) sont produites à partir des Tabulas monumentales de l'exposition du CAPC (Centre d'arts plastiques contemporains, Bordeaux) en 1981 qui ont été découpées au cutter ; des morceaux sont ensuite sélectionnés et recadrés en leur ajoutant au besoin de la toile vierge. « Sur les coupes faites par la toile, la surcoupe (le surcoup) du cutter ».

Dans cette belle salle :

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Un ensemble de quatre Laissées de 1994 (acrylique sur toile)

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Un ensemble de Sérigraphies de 1996 (sérigraphie sur toile 1/6)

Ces grandes Sérigraphies en noir et blanc sont réalisées en partant des photographies prises tangentiellement des Tabulas du CAPC qui sont recadrées et redressées pour créer des grandes bandes verticales noires et blanches.

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

En regard de deux Études de 1969 (huile et acrylique sur toile)

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Œuvres tardives (1983-2004)


De 1982 à 1985, Simon Hantaï réalise des peintures multicolores à l'acrylique, très diluée et transparente, souvent de petit format, qu'il n'exposera pas de son vivant.

De très belles grandes toiles sans titre, acrylique sur toile, 1984 et 1985

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

De multiples petits formats de techniques diverses, de toutes époques.

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Quelques plans rapprochés, pour le plaisir des yeux

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Tout à la fin de l'exposition, encore des Tabula mâtinées de Laissée (?)

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

Une tabula non dépliée...

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

et des œuvres un peu étranges :

Deux Suaires obtenus par l'impression numérique d'un cliché d'une Tabula Lilas de 1982 dont la toile a jauni avec le temps, 2001, impression numérique, encre d'imprimerie sur toile

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)

et Buée/H.b./ & photographies, Paris, 2004, impression numérique sur papier montée sur une plaque en aluminium, avec trois reproductions collées sur la surface.
Cette œuvre reproduit une photographie d'une Tabula lilas (1982), et comprend les reproductions suivantes : un portrait d'Anna Hantaï (mère de l'artiste) de 1972, une encre de chine sur papier d'Henri Michaux (1954-1955) et une photographie d'Hélène Adant (1943-1944) représentant Henri Matisse à Vence découpant des gouaches pour la série Jazz.

Simon Hantaï : l'exposition du centenaire (II/II)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche