Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 15:55

Une fois n'est pas coutume, ce blog est aujourd'hui sérieux, au moment où la note de la dette française - et non de la "France" avec un grand F - vient d'être dégradée et à moins de cent jours d'une échéance électorale majeure pour les années qui viennent.

Le hasard a voulu que le jour même où la décision de Standard and Poors devenait officielle, je retrouve en faisant des rangements la déclaration publique faite par Christian Sautter en mars 2000, au moment où il quittait le gouvernement après la mise en échec par les organisations syndicales du projet de fusion des administrations des impôts et du trésor public.

La lettre de Christian Sautter, dont chaque agent du ministère avait reçu un exemplaire, est reproduite ci-après, il suffit de cliquer sur chaque page pour l'agrandir et pouvoir la lire.

SCAN0034SCAN0035

Si j'ai souhaité en rappeler les termes, ce n'est pas à propos de la réforme qui a provoqué le départ de ce grand serviteur de l'Etat. Notons cependant au passage que cette réforme a fini par voir le jour il y quelques années : mais le silence des organisations et des personnels concerné a été cette fois "acheté" par l'actuelle majorité à un prix qui, si la réforme est censée améliorer l'administration des finances publiques, n'a certainement pas contribué à leur assainissement...

C'est pour rappeler, à un moment où le Gouvernement tente d'accréditer - si on peut employer ce terme...- l'idée que l'alourdissement de la dette n'est qu'un long processus dont l'origine remonte aux gouvernements de gauche qu'a connu notre pays, on trouve sous la plume de Christian Sautter qui fut d'abord, avant d'être appelé à l'Elysée en 1982 par François Mitterand, un économiste de l'Insee et qui sait de quoi il parle :

"J'ai été heureux et fier de conduire, avec Dominique Strauss Kahn et après lui, une politique budgétaire rigoureuse et dynamique qui a contribué à ce que notre pays retrouve confiance dans l'avenir et fasse désormais la course de la croissance en tête des grands pays européens. La maîtrise des dépenses de l'État n'a pas empêché de financer les priorités de l'emploi et de l'éducation, de la sécurité et de la justice, de la ville et de l'environnement. Les effectifs civils de l'État ont été stabilisés. Les déficits élevés de 1997 ont été diminués de moitié en deux ans. En 1999 la dette publique a, pour la première fois depuis vingt ans, reculé en pourcentage de la richesse nationale. Des baisses d'impôts à la fois justes et utiles pour l'emploi ont été mises en œuvre dans les budgets 1999 et 2000."

Il s'agit d'un constat fait à la fin du gouvernement Jospin, à peine deux ans avant l'"avril noir "de 2002, depuis lequel notre pays n'a plus connu que des gouvernements de droite...

Le lecteur voudra bien me pardonner cette petite mise au point objective. j'ai été conforté dans mes intentions en entendant ce matin les déclarations de Jérôme Cahuzac président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, qui détaillait l'impact sur la dette de tous les cadeaux fiscaux accordés depuis 2007 aux contribuables les plus nantis. Je renvoie ici sur son site, à un article où il souligne le contraste saisissant entre l'allégement de l'ISF il y a quelques mois et le gel du taux de rémunération du livret A, spoliant le petit épargnant d'un demi-point de revenu de ses maigres économies...

Pour terminer sur Christian Sautter, soulignons la conclusion de cette lettre :

"Je quitte le gouvernement. Je quitterai aussi ce ministère, auquel j'ai consacré la majeure partie d'une vie professionnelle heureuse. Je refuse les huit années de sécurité que m'offre l'inspection générale des Finances. L'époque n'est plus à écrire des rapports. Mon avenir se situe du côté des militants associatifs, des élus locaux, des créateurs d'entreprises, de cette France de la création et de la solidarité qui ramènera notre beau pays au plein emploi de ses immenses talents."

Il a tenu parole : élu conseiller de Paris (12ème arrondissement) en 2002, réélu en 2008, il a été depuis son élection adjoint au maire de Paris, chargé de 2002 à 2008 des finances, du développement économique et de l'emploi et depuis 2008 de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité internationale.

Partager cet article

Repost 0
Published by japprendslechinois - dans Au fil de l'eau
commenter cet article

commentaires

Anne 15/01/2012 09:00

Merci ! Il me parait important de refaire le point ... A 99 jours ...

Yves 14/01/2012 21:58

Le lecteur que je suis te remercie de cette petite mise au point.Il était utile de rappeler tout simplement que la dégradation de la note d'une Agence de notation ne concernait que la dette de la
France qui n'a fait que s'accentuer et empirer depuis la gouvernance S RKOSYSTE ( Libération en fait sa Une ce matin ).La suppression du "A" est d'actualité.
Merci du sérieux de ce post à quelques mois d'une échéance et d'une élection qui ne supporterait pas les atermoiements d'un électorat d'une gauche pluraliste qui ne ferait du premier tour qu'une
simple opération comptable...

Dominique 14/01/2012 18:48

Pour prolonger cette conclusion élogieuse : Sauter est également président de "France Active"
"France Active un réseau de proximité qui aide depuis plus de 20 ans les personnes en difficulté à créer leur entreprise individuelle. Il finance parallèlement les entreprises solidaires (insertion
par l’activité économique, associations d’utilité sociale)."
De quoi meubler l'agenda de ce jeune retraité ...

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche