Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 12:41

affiche.jpgUn spectacle très original ce jeudi 28 février à l'amphithéâtre de l'Opéra Bastille.


Les spectacles des « danseurs chorégraphes » permettent aux artistes du Ballet de l’Opéra de présenter des « petites formes », fruits de leurs recherches récentes. Depuis trente ans, treize rendez-vous ont eu lieu, offrant au public la possibilité de découvrir des aspects inédits du talent des artistes et permettant à certains d’entre eux d’avancer vers des créations de plus grande envergure. Le programme de cette 14e édition se compose de sept solos, duos et oeuvres pour petits groupes interprétés par les danseurs de la Compagnie.

 

La première pièce était de Samuel Murez, intitulée Premier cauchemar. Sur une musique originale de Siegfried de Turckheim, sept danseuses et cinq danseurs, les Bureaucrates, entouraient le Rêveur, Hugo Vigliotti.

Premier-cauchemar

La deuxième pièce était un pas de deux , Deux à deux, de Maxime Thomas, sur le deuxième mouvement du Concerto italien de Jean-Sébastien Bach, dansé par l'auteur et Letizia Galloni.

Deux-a-deux

Je n'ai malheureusement pas d'illustration pour les deux pièces suivantes,

En attendant l'année dernière, de Grégory Gaillard sur une musique originale de Stéphane Jounot, avec la danseuse Lucie Fenwick en solo.

Kaléidoscope, d'Allister Madin, sur diverses musiques (Claude Lamothe, Cinematic Orchestra, Kyle Landry, pour un groupe de quatre danseuses et deux danseurs, dont l'auteur.

Venait ensuite Smoke Alarm, de Julien Meyzindi, sur des musiques de Cliff Martinez et Landau, avec un pas de deux par Alice Renavand et Alexandre Gasse.

smoke-alarm

L'avant-dernière pièce, Songes du Douanier, sur une musique originale de S. Blanc et J. Levatois, mettait dans une mise en scène très originale deux danseuses et deux danseurs, dont le chorégraphe lui-même, très applaudi. Sur l'image, Charlotte Ranson. (il fallait comprendre que le Douanier s'appelait Rousseau, naturellement...)

Songes-du-Douanier

La dernière pièce était due à Simon Valastro, sur la sérénade en ut majeur pour trio à cordes op. 10 de Ernst von Dohnanyi. Intitulée - de façon complétement hermétique pour moi, je dois l'avouer - Stratégie de l'Hippocampe,elle mattait en scène une famille composée d'Eve Grintza (la mère), Eléonore Guérineau (la fille), Alexis Renaud, Jean-Baptiste Chavignier et Hugo Vigliotti (le Chien!) La sérénité du portrait de famille initial ne doit pas faire préjuger de la suite, très déjantée...

strategie-de-l-hippocampe

A la fin du spectacle, les jeunes chorégraphes furent tous chaleureusement applaudis.

Salut final

 


Partager cet article

Repost 0
Published by japprendslechinois - dans Au fil de l'eau
commenter cet article

commentaires

Dominik 04/03/2013 23:01

Oui Odile... sauf qu'il faisait nuit noire dehors ... un loupé quoi! chorégraphie à revoir ...

euriat odile 03/03/2013 13:36

En fait maman a voulu reproduire la chorégraphie en sortant du théâtre.....!

Anne 03/03/2013 11:40

J'ai toujours su que la danse était un sport... À risque... Même si une APSA...

monique 03/03/2013 08:57

j'espère que la fin de la soirée n'a pas émoussé le plaisir du spectacle ! bien réfléchir à l'expression "prendre son pied" !!!

dominik 02/03/2013 23:14

Parfois le spectateur envouté par le spectacle, une fois dehors cherche à imiter les danseurs ... mais attention à la réception, il faut du métier...

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche