Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 08:00

La Fédération des sociétés savantes des Vosges organisait  du 18 au 21 octobre  ses traditionnelles journées annuelles dans le Pays des Abbayes, communauté de communes qui de 2014 à 2016 a fédéré les populations de la vallée du Rabodeau autour de trois abbayes historiques d'Etival-Clairefontaine, Moyenmoutier et Senones avant de se fondre dans la communauté d'agglomération de Saint-Dié des Vosges.

Si beaucoup des communications portaient sur l'histoire de la petite principauté de Senones, souveraine de 1751 jusqu'à sa réunion à la France en 1793 par décret de la Convention, nous proposons plutôt au lecteur de suivre, à travers sa présentation aimablement communiquée par l'auteur, celle de Jean-Pierre Doyen : Que reste-t-il du patrimoine textile? qui s'ouvre sur cette photo de l'ancienne abbaye de Senones où la haute cheminée témoigne de son utilisation passée comme usine textile.

Journées d'études vosgiennes 2018

En rappelant deux siècles d'histoire industrielle de la vallée...

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

l'auteur évoque la physionomie de la vallée dans les années 1960...

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

...les familles de patrons qui se sont succédé depuis l'implantation de l'industrie textile au début du XIXème siècle...

Journées d'études vosgiennes 2018

...les différents types d'usines au cours des années...

Journées d'études vosgiennes 2018

...les populations ouvrières et d'où elles venaient.

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

Suit une intéressante étude de l'implantation de cette industrie et de la façon dont elle a façonné les lieux...

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

... avec l'évolution de l'habitat ouvrier,

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

...les œuvres et les châteaux patronaux.

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

La question ouverte par l'auteur en conclusion est celle de la conservation du patrimoine industriel à présent que l'industrie a déserté ces vallées depuis des décennies...

Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018
Journées d'études vosgiennes 2018

La disparition de certaines usines permet cependant de faire renaître des sites spectaculaires, comme l'abbaye de Moyenmoutier, même si elle porte encore les traces de son occupation par les usines Boussac.

Journées d'études vosgiennes 2018
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2018 6 20 /10 /octobre /2018 08:00

Commençons les billets sur les expositions parisiennes de la saison avec celle consacrée par le Musée du Luxembourg à Alphonse Mucha, né en 1860 dans une petite ville de Moravie du Sud, venu à Paris dès 1887, comme tant d'autres artistes de l'époque et qui accède à la célébrité en 1895 avec Gismonda, sa première affiche pour Sarah Bernhardt.

Son style très personnel, caractérisé par des formes sinueuses mêlant jeunes femmes, motifs floraux et lignes ornementales, de même qu’une gamme subtile de tons pastel, incarnera bientôt le mouvement émergeant à l’époque dans les arts décoratifs sous le nom d'Art nouveau.

L'exposition fait une large place à cette partie bien connue de l'oeuvre décorative de Mucha (affiches, publicités, emballages, décoration en général) mais permet aussi de découvrir comment il renoncera progressivement à cette veine décorative pour un art résolument figuratif et épique, détaché de toutes les avant-gardes de son époque, mystique et témoignant de son rêve d'unité des peuples slaves.

Sarah Bernhardt occupe donc les premières salles de l'exposition...

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

La deuxième salle, intitulé Un inventeur d'images populaires justifie pleinement son titre avec de la décoration et des publicités

La série des Arts, dans deux états successifs, une série sur les saisons dans la même veine...

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

Beaucoup de publicités...

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

Et même d'emballages...

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

Encore quelques affiches d'exposition, un velours imprimé d'appartement, des dessins de Mucha utilisés pour l'enseignement des arts décoratifs.

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

En matière de décoration, Mucha est aussi intervenu à l'occasion de l'exposition universelle de 1900

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

notamment dans l'aménagement du pavillon de la Bosnie Herzégovine

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

et dans des aménagements de boutique comme celle du bijoutier Fouquet, évoquée dans l'exposition par des photos et des dessins : il faudra attendre pour la revoir dans sa splendeur la réouverture fin 2019 du musée Carnavalet,  où elle a été remontée en 1989, après que les éléments en aient été démontés en 1923, puis entreposés et légués par son propriétaire au musée.

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

De 1904 à 1909, Mucha se rend cinq fois aux États-Unis pour rechercher des fonds pour son projet d’Épopée Slave. De ces séjours, les affiches des deux actrices Leslie Carter et Maude Adams, le portrait de cette dernière.

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

De la salle Mucha, le mystique retenons le Pater publié en 1899...

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

La section Mucha, le patriote présente ses grandes compositions de l’Épopée Slave, où Mucha a retenu vingt grands épisodes de l'histoire tchèque et de celle des autres peuples slaves...Il s'agit sans doute du projet qui lui tenait le plus à cœur, et pour lequel il a trouvé aux Etats-Unis un mécène en la personne de Charles Richard Crane.

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

Dans la même section, des affiches qui rappellent plus le "style Mucha" :

Deux affiches du festival de Sokol, une pour la chorale des professeurs moraves, et même, malgré son côté sombre, l'affiche pour l'appel humanitaire relatif aux famines consécutives à la guerre civile en Russie entre 1917 et 1922.

Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)
Alphonse Mucha (1860-1939)

Terminons avec des tableaux plus tardifs, eux aussi assez éloignés du Mucha décorateur...

La France embrasse la Bohême (1919) en hommage à la libération de la Bohême du joug autrichien...

La France embrasse la Bohême (1919) en hommage à la libération de la Bohême du joug autrichien...

Noël en Amérique (1919)

Noël en Amérique (1919)

Mère et enfant. Berceuse. (1923) étude pour un vitrail

Mère et enfant. Berceuse. (1923) étude pour un vitrail

Etude pour Femme dans le Désert (vers 1923)

Etude pour Femme dans le Désert (vers 1923)

Femme regardant une bougie allumée (1933)

Femme regardant une bougie allumée (1933)

La lumière de l'espérance (1933)

La lumière de l'espérance (1933)

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 10:15

A l'occasion d'une visite au Pecq, dans les rues escarpées entourant la petite église de Saint-Wandrille...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

...j'ai voulu explorer les environs. En continuant l'ascension du côteau, on arrive face à une muraille impressionnante, le "Mur des Lions"...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

Elle surplombe une montée empierrée...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

au sommet de laquelle une entrée monumentale...

Du Pecq à Saint Germain en Laye

débouche sur une rue au bout de laquelle on reconnaît les murs au caractère si particulier du château de Saint-Germain en Laye.

Du Pecq à Saint Germain en Laye

L'auteur qui n'était toujours venu à Saint Germain que directement par la route ou le RER prend alors conscience du site dont il vient de traverser les quelques vestiges, éclairé par ce panneau qui en restitue l'apparence du temps de sa gloire...

Du Pecq à Saint Germain en Laye

A défaut des splendeurs disparues du Château-Neuf dont les jardins descendaient jusqu'à la Seine, nous nous contenterons du Château-Vieux, face à l'église Saint-Germain, quatrième construite à la fin du XVIIIème siècle sur le site, sur l'emplacement d'une ancienne église construite en 1683 par Jules Hardouin-Mansart et devenue trop petite.

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

Le château abrite aujourd'hui - depuis 1867, sous différents noms - le musée d'Archéologie nationale;

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

La magnifique cour...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

et la chapelle, chef d'oeuvre du gothique rayonnant, édifiée entre 1235 et 1239 par Louis IX, dit Saint Louis et qui servira de modèle à la Sainte-Chapelle de l'actuel Palais de Justice, sont d'accès libre.

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

Quelques touches pour finir cette promenade impromptue : les fossés du château sont en accord avec la destination actuelle de l'édifice, abritant une reproduction en galvanoplastie du XIXème siècle des reliefs de la colonne Trajan.

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

Quelques plaques commémoratives de diverses époques...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

On découvre avec surprise des bunkers parfaitement intacts, qui rappellent que Saint-Germain abritait le grand quartier général de l'Oberkommando West  des Allemands pendant la dernière guerre mondiale, qui contrôlait toute le front ouest des Pays-Bas à l'Italie, soit 4500 km de côtes...500 maisons, soit le quart du parc immobilier de la ville, avaient été réquisitionnées...

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye

Le premier grand blockhaus est juste à côté du château; le second, plus petit, au milieu de la petite Cité Médicis que nous traversons au retour, création d'Emile Pereire qui nous rappelle que la première ligne de chemin de fer à vapeur exploitée en France relia Paris à Saint-Germain en 1837.

Du Pecq à Saint Germain en Laye
Du Pecq à Saint Germain en Laye
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 08:00

Titre insolite - quasiment un oxymore - pour ce billet où nous proposons à nouveau au lecteur, à partir des diapos qui ont servi de support à sa préparation, de suivre une conférence de Jean-Pierre Doyen.

Celle-ci a été donnée à l'occasion d'une soirée organisée à Dompaire (Vosges) par les producteurs des coteaux du Montfort. 

Elle avait pour objet d'introduire la soirée en donnant le contexte historique de la viticulture dans les Vosges, pratiquement disparue au moment de la première guerre mondiale.

C'est en 1995 qu'avec le soutien de la Chambre départementale d'Agriculture, 10 vignerons ont démarré le projet de produire à nouveau un vin commercialisable en créant l'Association des Vignerons des Coteaux du Montfort, et le 1er janvier 1999 est née la coopérative actuelle qui compte maintenant 30 coopérateurs. 

Un œnologue, Laurent Boulanger, a accompagné cette démarche et en a décrit les étapes, et la soirée s'est bien entendu terminée par une dégustation d'un des deux vins de la Coopérative, dénommé "Vin Bleu", l'autre étant dénommé "Gris Fruité".

 

 

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges

La première partie intitulée Le vignoble, grandeur et décadence, présente les statistiques de production.

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges

Les causes de la quasi disparition de la vigne sont analysées : le phylloxéra a certes joué un rôle, mais bien d'autres facteurs ont joué, notamment la concurrence de la bière - et des vins des autres régions dont le transport s'est développé et dont la qualité rivalisait sans peine avec la "rusticité" des vins locaux...

L'auteur souligne la renaissance engagée entre les deux guerres avec la plantation de cépages hybrides principalement issus des travaux d'Eugène Kuhlmann à l'Institut viticole Oberlin à Colmar, notamment le cépage "Léon Millot", du nom du président de la Société vosgienne de viticulture et d'ampélographie.

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges

La deuxième partie, Vignes et vignerons, débute par une cartographie du vignoble vosgien 

Vin des Vosges
Vin des Vosges

Des éclairages détaillés sont donnés à partir du travail demandé en 1880 par Pierre Tirard, ministre de l'agriculture, à tous les préfets 

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges

L'examen du recensement agricole de 1892 montre que le nombre d'exploitants ou d'ouvriers exclusivement occupés à la viticulture est à relativiser par rapport à ceux qui exercaient également d'autres activités agricoles.

Vin des Vosges

Dans la troisième partie, Patrimoine, des éclairages divers : architecture,...

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges

...installations et matériel viticoles...

Vin des Vosges
Vin des Vosges

...cabanes de vignerons...

Vin des Vosges
Vin des Vosges

...et, pour finir, des aspects plus culturels...

Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Vin des Vosges
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 08:00

Un des grands événements culturels de la saison à New York semble être, d'après la presse, l'exposition Delacroix au Metropolitan Museum : cela m'a rappelé que c'est le Louvre qui en est l'organisateur avec le Metropolitan  et que je l'avais vue au printemps à Paris sans en rendre compte dans ce blog.

Je vais essayer de rattraper cette omission coupable en quelques coups de projecteur, sans être aussi exhaustif que d'habitude car elle est un peu lointaine à présent  - dans le temps et dans l'espace...

Le visiteur est accueilli dès l'entrée par les grands tableaux monumentaux. qui, peints dans sa jeunesse, témoignent de son précoce génie ..

Delacroix (1798-1863)

...connus comme La Barque de Dante (1922), Scènes des massacres de Scio (1824), La Liberté guidant le peuple (1830), 

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

...ou moins célèbres comme La Grèce sur les ruines de Missolonghi (1826) et La Bataille de Nancy (1831)

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

Une très belle série de lithographies de son Faust (1926-1927), certaines avec de nombreuses et intéressantes "remarques"

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

Toujours des tableaux de jeunesse, comme cette académie (Mademoiselle Rose) vers 1820

Delacroix (1798-1863)

ou la Jeune orpheline au cimetière (1824)

Delacroix (1798-1863)

A défaut de la monumentale Mort de Sardanapale (1827) que l'on n'a pas descendu des étages du Louvre, des études et esquisses...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

On apprend que Delacroix a peint aussi dans les années 25-26 de petits tableaux destinés aux cabinets d'amateurs...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

Figurent quelques exemples de ses incomparables études d'animaux ...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

De nombreux tableaux inspirés par son voyage en Afrique du Nord en 1832...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

ainsi que ses croquis...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

Ce voyage restera une source d'inspiration toute sa vie...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

Notons au passage cet autoportrait de 1837 qui a orné nos billets de 100 Francs pendant des années avant l'introduction des billets en euros...

Delacroix (1798-1863)

Les natures mortes constituent aussi un aspect méconnu et intéressant de son oeuvre...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

De nombreuses scènes religieuses, comme ce Saint-Sébastien, ou ce premier calvaire haut en couleurs qui heurta ses commanditaires vannetais et le conduisit à plus de sobriété par la suite...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)

La fin de l'exposition montre comment Delacroix revisita au long de sa carrière ses thèmes de prédilection. Terminons sur ces belles scènes où s'affrontent homme et animal...

Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Delacroix (1798-1863)
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 08:00

Lavardin, labellisé parmi les "Plus beaux villages de France" , est une toute petite commune du Loir-et-Cher située près de Montoire - celui de la tristement célèbre entrevue.

On le repère de loin grâce aux imposantes ruines du château médiéval qui domine le site, mais ce dernier est loin d'en être le seul attrait.

C'est surtout l'église romane Saint-Genest, avec ses peintures murales, que nous présenterons en détail à nos lecteurs.

Que ce soit dans la lumière du soleil couchant...

 

 

 

 

 

 

 

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

...ou lorsque nous revenons la visiter dans la journée, sa silhouette rustique aux lignes épurées invite à la découverte.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

Dès l'entrée, la richesse et l'originalité de ses peintures murales est à couper le souffle.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

Sur les parois latérales du chœur, des scènes de la vie du Christ et une allégorie du Jugement dernier.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

A la voûte du chœur, le Paradis où alternent saint et anges musiciens...

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

Au fond  du choeur, le Christ en majesté, dans une mandorle, est entouré du tétramorphe, dont l'ange est presque totalement effacé.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

Les décors des piliers, en majeure partie du XVème s., sont dans un état de consevation variable, mais très attachants de naïveté...

Saint Genest, patron de l'église et Saint Liboire, évêque de Tours

Saint Genest, patron de l'église et Saint Liboire, évêque de Tours

Lapidation de Saint-Etienne

Lapidation de Saint-Etienne

Vierge allaitante (sujet assez rare)

Vierge allaitante (sujet assez rare)

Saint Ambroise évêque de Milan

Saint Ambroise évêque de Milan

Saint Denis porte sa tête coupée

Saint Denis porte sa tête coupée

Saint Jean l'évangéliste

Saint Jean l'évangéliste

Saint Jacques

Saint Jacques

Saint Antoine, que l'on priait pour "le feu de Saint-Antoine", maladie provoquée par l'ergot de seigle, entouré d'ex-voto en forme de pieds et de mains.

Saint Antoine, que l'on priait pour "le feu de Saint-Antoine", maladie provoquée par l'ergot de seigle, entouré d'ex-voto en forme de pieds et de mains.

Saint Thibault et Saint Maur
Saint Thibault et Saint Maur

Saint Thibault et Saint Maur

Deux scènes de la vie de Saint Pierre, peintes a fresco, 2ème partie du XIIème s.

Deux scènes de la vie de Saint Pierre, peintes a fresco, 2ème partie du XIIème s.

et des figures que je n'ai pu identifier...

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

L'oeuvre sans doute la plus remarquable est un baptême du Christ, réalisé a fresco à la fin du XIIème s., sur un fond de lait de chaux...

Lavardin (Loir-et-Cher)

Pour terminer la visite de l'église, quelques détails des peintures...

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

et de l'architecture.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)

Du parvis de l'église, imprenable vue sur les ruines du château...

Lavardin (Loir-et-Cher)

En s'approchant de la forteresse, un dernier regard sur l'église et le village perdus dans les frondaisons.

Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Lavardin (Loir-et-Cher)
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 10:21

 Nous renouons avec les expositions parisiennes, en visitant de justesse - car elle avait été heureusement prolongée jusqu'au 9 septembre, celle consacrée par la fondation Cartier à Junya Ishigami. Laissons parler le dépliant : "Figure majeure et singulière de la jeune scène architecturale japonaise, Lion d’or à la Biennale d’architecture de Venise en 2010, Junya Ishigami est l’auteur d’une œuvre conceptuelle et poétique dans laquelle le paysage tient une place prépondérante. À l’occasion de l’exposition Freeing Architecture, conçue spécialement pour la Fondation Cartier pour l’art contemporain, l’architecte présente dix-neuf de ses projets architecturaux en Asie et en Europe à travers plus de trente maquettes, dessins et films. Il dévoile ainsi ses recherches les plus récentes sur la fonction, la forme, l’échelle et l’environnement en architecture, esquissant
ainsi sa vision du futur du premier art."

Nous présenterons des photographies de quelques uns de ces projets, en ayant conscience que quelques clichés rendent difficilement compte de ces créations si originales...

Cloud Arch
Monument urbain

Sydney, Australie

Structure: acier
Date de réalisation: 2015–

Des éléments en sont installés dans la petite salle du rez de chaussée de la Fondation et y structurent la présentation des œuvres.

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Habitation et restaurant
Yamaguchi, Japon

Superficie: 194 m2
Structure: béton
Date de réalisation: 2013–

Le sol a été utilisé comme moule pour le bâtiment, en creusant des cratères destinés à être emplis de béton. Une fois sèche et dégagée de la terre qui l’entoure, la masse de béton ainsi obtenue constitue la structure de l’édifice et prend la teinte de la terre et des pierres du site.

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Kids Park
Jardin d’enfants intérieur

Est du Japon

Superficie: 2 264 m2
Date de réalisation: 2013–

Les maquettes présentées sont des silhouettes d'animaux gigantesques.

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Forest Kindergarten
Jardin d’enfants

Shandong, Chine

Superficie: 5 400 m2
Structure: acier, béton
Date de réalisation: 2015–

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Cloud Garden
Jardin d’enfants, garderie et centre d’accueil parental

Kanagawa, Japon

Superficie: 2 264 m2
Date de réalisation: 2013-2014

Junya Ishigami, Freeing Architecture

House of Peace
Copenhague, Danemark

Superficie: 3 000 m2
Structure: béton
Date de réalisation: 2014

 

Junya Ishigami, Freeing Architecture

La présentation des maquettes dans la grande salle du rez de chaussée de la Fondation est une oeuvre en elle-même...

Junya Ishigami, Freeing Architecture

House with Plants
Habitation
Est du Japon

Superficie: 99,8 m2
Structure: acier
Date de réalisation: 2010-2012

Junya Ishigami, Freeing Architecture

Botanical Farm Garden
Art Biotop / Restaurant

Restaurant
Tochigi, Japon

Superficie: 16 515㎡
Structure: acier, béton
Date de realisation: 2017–

 

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Botanical Farm Garden
Art Biotop / Water Garden

Jardins irrigués
Tochigi, Japon

Superficie: 16 670 m2
Date de réalisation: 2013-2018

Junya Ishigami, Freeing Architecture

Chapel of Valley
Chapelle
Shandong, Chine

Superficie: 132 m2
Structure: béton armé
Date de réalisation: 2016–

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Centre culturel
Shandong, Chine

Superficie: 3 000 m2
Structure: acier, béton
Date de réalisation: 2016- 

Conçu comme une promenade au milieu de l’eau...

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Park Groot Vijversburg
Centre d’accueil des visiteurs

Tytsjerk, Pays-Bas

Superficie: 245 m2 (nouvelle construction), 350 m2 (rénovation)
Structure: verre, acier
Dates de réalisation: 2012-2017

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Terminons par le sous-sol de la Fondation...

Junya Ishigami, Freeing Architecture

Habitation
Est du Japon 

Superficie: 128,5 m2
Structure: béton, acier
Date de réalisation: 2013–

Projet de maison pour les parents et la grand-mère de Junya Ishigami, sur l’emplacement de la maison familiale actuelle...

Junya Ishigami, Freeing Architecture

Résidence pour personnes âgées
Tohoku, Japon

Superficie: 560 m2
Structure: bois
Date de réalisation: 2012–

Pour cette résidence pour personnes âgées atteintes de démence, Junya Ishigami s’est inspiré de l’architecture des habitations traditionnelles japonaises...

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

Polytechnic Museum
Musée
Moscou, Russie

Superficie: 39 870 m2
Structure: brique, acier, béton
Date de réalisation: 2012–

Junya Ishigami a choisi de simplement restaurer le bâtiment du XIXème siècle en surface et de restructurer entièrement les fondations afin d’en faire un nouveau rez-de-chaussée pour l’entrée du musée. Photos : nouvelle structure, bâtiment avant et après restauration.

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

8 Villas in Dali
Villas
Dali, Chine

Superficie: 5 300 m2
Structure: pierre, béton
Date de réalisation: 2016–

De larges mégalithes caractéristiques de la région et présents sur le site servent de base à la conception du bâtiment. Ces dernières, éventuellement repositionnées, servent de piliers au grand toit en béton armé de 300 mètres de long. Des baies vitrées servant de cloisons et de murs sont insérées dans cet agencement rocheux. Le bâtiment est divisé en huit villas de 500 m2  occupant chacune l’une des huit terrasses en escalier.

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

University Multipurpose Plaza 
Espace polyvalent
Kanagawa, Japon

Superficie: 4 109 m2
Structure: acier
Date de réalisation: 2008–

Cet espace, dont la hauteur du plafond varie entre 2 et 3 mètres, est constitué d’un toit fait d’une seule et même feuille d’acier de 12 mm d’épaisseur se dilatant ou se contractant selon la température extérieure, soutenue par quatre murs latéraux et percée de plusieurs ouvertures zénithales. 

Junya Ishigami, Freeing Architecture
Junya Ishigami, Freeing Architecture

et pour terminer, un bâtiment situé juste à côté sur le même site :

KAIT Workshop
Atelier d’étudiants, salle polyvalente
Kanagawa, Japon

Superficie: 1 989,15 m2
Structure: acier
Date de réalisation: 2004-2008

Pour donner une idée de la minutie de l'architecte - et de l'exposition qu'il a conçue de ses œuvres à Paris - voici la présentation de ce projet dans le guide :

Tout en transparence et en légèreté, l’atelier des étudiants de l’Institut technologique de Kanagawa (KAIT) est à la fois une ode à la liberté et une méditation sur l’équilibre. Cet immense espace, fermé par des murs de verre et dépourvu de cloisons intérieures est jalonné par plus de 300 colonnes très fines. Leur disposition, à première vue aléatoire, suit pourtant un plan précis rappelant celui d’une constellation. Il a fallu plus de deux ans à Junya Ishigami pour déterminer l’emplacement, l’orientation et la taille de chaque colonne afin de créer différentes zones d’activités et de garantir la stabilité du bâtiment. Cette apparente irrégularité délimite les espaces de travail sans pour autant les cloisonner. Elle offre également à l’œil de multiples perspectives et permet une circulation fluide, tout en répondant à la volonté de Junya Ishigami :  créer un bâtiment dont la conception évoque l’organisation organique d’une forêt.

Junya Ishigami, Freeing Architecture

Pour ceux qui souhaitent une vision plus globale, la vidéo de présentation de l'exposition, disponible sur le site de la Fondation Cartier :

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 14:00

Le premier billet de cette rentrée fera référence à une des belles découvertes de l'été en Bretagne, l'exposition Henry Moore à Landerneau, dont nous avions rendu compte dans nos billets du 24 juillet et du 28 juillet.

Ce dernier s'achevait sur une statue "hors les murs", installée à Brest sur la terrasse de l'Atelier des Capucins. Ce sont ces derniers, encore en cours d'aménagement, que nous nous proposons de faire découvrir aujourd'hui au lecteur.

Pour s'y rendre, le plus spectaculaire est d'emprunter le premier téléphérique urbain de France, qui relie les deux rives de la Penfeld depuis novembre 2016.

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

En quittant la rive gauche, on s'élève pour découvrir les bassins de carénages et le château de Brest, au pied du pont de Recouvrance,...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

La traversée est parallèle au Pont et la descente s'effectue vers la gare rive droite située dans les ateliers des Capucins, en découvrant au passage d'autres bassins de carénage et la statue de Moore sur la terrasse. 

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

Depuis la terrasse d'arrivée, le ballet des cabines du téléphérique est plein d'élégance.

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

Le couvent des Capucins auquel le site doit son nom a été bâti à la fin du XVIIème siècle. Terrain et édifices ont été attribué par un décret de 1791 à la Marine, qui en fit d'abord un casernement. La construction des ateliers actuels - tels qu'ils ont été reconstruits après les importants dommages causés par la dernière guerre mondiale -a été décidée par la Monarchie de Juillet afin de répondre aux besoins de construction de nouvelles machines propulsives et a duré de 1840 à 1865. Au final l’ensemble couvre une superficie de deux hectares et demi.

À partir des années 1980 l’activité de l’Arsenal de Brest décline progressivement jusqu’au point où la Marine cède en 2009 le plateau des Capucins à la Ville de Brest qui entreprend alors de créer le quartier des Capucins et transformer les ateliers en un vaste lieu culturel et commercial.

Façades Est, Ouest et Nord, avec, au nord, le môle dit « du viaduc », édifié de 1848 à 1857 sur les plans de Menu du Mesnil, édifice en pierres de taille traversé par une arche en plein cintre de 30 mètres de diamètre.

 

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

La rénovation n'est pas terminée, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur : de même, attenant au site, le sinistre édifice de la prison de Pontaniou, destinée au 17ème siècle aux filles de mauvaise vie, puis aux divers détenus de la Marine avant de devenir prison civile jusqu'à sa désaffectation en 1960, attend toujours des jours meilleurs...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

La rénovation interne allie les structures d'origine à des matériaux innovants...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

La création de niveaux donne un charme particulier aux passages sous les arcades...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

Des expositions originales sont déjà proposées au public...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

Le clou du site est le grand hall avec son spectaculaire pont roulant Potain...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

où sont conservées quelques machines remarquables de l'ancien arsenal :

L' aléseuse Asquith...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

L'aléseuse Richards...

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest

et le grand tour Somua de 22m à l'histoire mouvementée.

Atelier des Capucins à Brest
Atelier des Capucins à Brest
Partager cet article
Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 08:00

Une autre exposition visitée avant l'été et qui attend encore un billet, celle consacrée au Tintoret au Musée du Luxembourg, à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance du peintre.

Elle se concentre sur les quinze premières années de sa carrière, avec le propos de montrer comment s'est construit son art, Les œuvres exposées reflètent la diversité de son  travail de Tintoret et "sa volonté de frapper l’œil et l’esprit par son audace", comme le soulignent les organisateurs.

Ou comment Jacopo Robusti (1518-1594) a tracé son chemin en rendant célèbre son surnom de Tintoret, emprunté au métier de son père teinturier et mérité aussi par son génie de la couleur.

Dans la première section "Prendre son envol", de grandes toiles de jeunesse...

Adoration des mages (1537-1538)
Jésus parmi les docteurs (vers1539)
La Conversion de Saint-Paul (1538-1539)
Le lavement des pieds (1539)
Le Labyrinthe de l'amour (commencé en 1938, repris vers 1552) 

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

Dans les salles suivantes ("Orner les salons") des panneaux décoratifs :

Caîn et Abel (vers 1538-1539)
L'Adoration du veau d'or (vers 1544)
Le Festin du riche Epulon (vers 1550)
et de Paris Bordone, contemporain de Tintoret à Venise : Diane et Callisto (vers 1542)

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

un autre panneau, Suzanne (1541-1542) et deux panneaux pour les plafonds d'un palais de la famille Pisani (1541-1542), Jupiter et Sémélé et Deucalion et Pyrrha priant devant la statue de Thémis.

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

La section 3, "Capter le regard", est consacrée aux portraits, remarquables par leur côté peu conventionnel et le réalisme du rendu des visages. Beaucoup de modèles n'ont pas été identifiés, Tintoret n'est pas comme Titien le peintre de l'aristocratie.

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

La 4ème section, "Partager l'atelier", fait allusion au fait qu'il est difficile d'attribuer certains tableaux à Tintoret ou à ses compagnons d'atelier, notamment Giovanni Galizzi,..

C'est notamment le cas de la Vierge à l'enfant (vers 1550-1555), La Sainte Famille avec sainte Élisabeth et le jeune saint Jean-Baptiste (vers 1550-1555). Sainte Conversation Marcello (vers 1547) est attribuée à "Tintoret et atelier", tandis que Sainte Conversation Molin (1540) à Tintoret en personne.

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

Les tableaux de la 5ème section "Mettre en scène" témoignent des liens de Tintoret avec la monde du théâtre et font la part belle à l'architecture.

Tintoret :L’Enlèvement du corps de saint Marc par les chrétiens (1545)
Tintoret et atelier. Les Vierges sages et les Vierges folles (vers 1555)
Tintoret et atelier (Giovanni Galizzi). Le Christ et la femme adultère (vers 1547-1549)

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

La sixième section "Observer la sculpture" présente des dessins et statues et met en exergue un tableau : La Princesse, saint Georges et saint Louis (1551).

Tintoret, naissance d'un génie

L'exposition s'achève sur une 7ème section "Peindre la femme".

Le Péché originel (vers 1551-1552)
Suzanne et les vieillards (vers 1554-1555)
Concert des Muses (Tintoret et atelier, vers 1555)

et un beau tableau attribué à un "peintre nordique travaillant à Venise dans l’atelier de Tintoret",  La Mort d’Adonis (vers 1550-1555)

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

En 1555, Tintoret et au seuil de sa gloire, L'attendent de grandes commandes : église de la Madonna dell'Orto, Scuola Grande de San Rocco, Palais des doges...Il s'mpose comme l'un des plus grands artistes de Venise, celui qui fera la transition entre la Renaissance du XVIème siècle et l'ère baroque du XVIIème siècle.

Terminons avec Judith dans la tente d’Holopherne (vers 1554-1555)

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie

et  Esther devant Assuérus (vers 1554-1555)

Tintoret, naissance d'un génie
Tintoret, naissance d'un génie
Partager cet article
Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 08:00

La trêve estivale est l'occasion de revenir sur les expositions que nous n'avions pas eu l'occasion de faire découvrir à nos lecteurs. Le Centre Pompidou propose cet été autour de l'aventure de l'Union des Artistes Modernes (1929-1958) une rétrospective du mouvement du modernisme en France, dès le début du XXème siècle. 

Très riche en objets et documents de toute sorte, c'est sans doute la plus importante exposition du Centre jamais dédiée aux arts décoratifs. Nous nous contenterons donc d'en suivre le parcours sans détailler les nombreux artistes et décorateurs, avec un point de vue plus esthétique qu'explicatif...

Elle commence avec les coloristes, bien avant la constitution de l'UAM.

Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)
Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)

Dernières illustrations :Table à thé de Louis Sorel (1910) et bergère de Paul Follot (vers 1920), Tapis de Maurice Dufrêne (vers 1922), Garniture de fauteuil de Edouard Benedictus (vers 1925)

Une robe d'enfant de Paul Poiret et l'atelier Martine, vers 1925, le salon bleu de Francis Jourdain pour George Besson, vers 1911, deux vases de Maurice Marinot pour la Maison Cubiste (1912), le Passage à niveau (1912) de Fernand Léger et un tapis du même auteur.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Des meubles d'architectes, avec cette table basse à système d'Auguste Perret, ce bureau de Le Corbusier, ce bureau (1925) ,ces canapé et fauteuil (1921), cette psyché-coiffeuse (1927) et ce mobilier de bureau pour Robert Mallet-Stevens (1927) de Pierre Chareau, et ce fauteuil (1923-1925) de Robert Mallet-Stevens.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Des dessins d'architecture : Le Corbusier avec la maison Dom-Ino (1914), Mallet-Stevens avec cette école et ce bureau de tourisme.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

On peut même admirer cette magnifique automobile de Rolland & Pilain de 1922 ou cette nature morte de Picasso de la même année et ce paravent de Jean Lurçat, toujours de la même année.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Les Delaunay sont présents avec notamment ce portrait de Mme Heim, les créations de tissus et de mode de Sonia.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Des extraits de la publication "Répertoire du goût moderne", avec notamment des dessins de Francis Jourdain.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

La scénographie de l'exposition est particulièrement réussie...

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Tête de femme, 1922 (Joseph Czaky), Le Guitariste, 1921 (Pablo Manes), Oiseau, 1929 (Gustave Miklos), Couple aux Masques, vers 1937 ( Jean Lambert-Rucki), Nu au fardeau, 1928-1937 (Joseph Czaky), et un panneau décoratif d'Albert Gleizes de 1930.

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Devant l'abondance des éléments de décoration, des accessoires, des mobiliers dont certains bien connus, nous nous contenterons d'un aperçu de leur présentation....

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

On reconnaîtra notamment les chaises de Robert Mallet-Stevens pour le restaurant du salon des arts ménagers de 1939, son fauteuil à patins de 1937, le tabouret de bar de Louis Sognot et Charlotte Alix de 1929 et le pupitre pour l'école de plein air de Suresnes de Eugène Beaudoin et Marcel Lods (vers 1937), la chaise de jardin d'André et Jean Prouvé (1936-1937), le fauteuil en verre et la table basse de René Coulon pour le pavillon Saint-Gobain de l'exposition internationale de 1937, une bibliothèque de Charlotte Perriand, un bureau de Jacques Dumond (1955) et la chaise Bellevue d'André Bloc (1951), le siège d'amphi de Jean Prouvé pour la faculté de droit d'Aix-en-Provence (1952), une table basse de Gustave Gautier (1955)

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Une affiche du salon des artistes décorateurs auquel participaient la plupart des membres de l'UAM...

UAM - Une aventure moderne

...avant que le refus de ce dernier de leur accorder une présentation groupée ne les conduise à créer leur propre salon 

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

L'exposition fait aussi la part belle à l'art de l'affiche...

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Quelques coups de projecteur :

Les réalisations de Félix Aublet et Robert Delaunay pour le pavillon des chemins de fer de l'exposition internationale de 1937

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Le pavillon démontable pour réfugiés et la chaise démontable en bois de Jean Prouvé

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

Le meuble cuisine de Le Corbusier pour l'Unité d'Habitation de Marseille

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne

L'exposition se termine, après la mise en sommeil de l'UAM, sur sa postérité avec une collection d'objets du quotidien qui évoquent pour l'auteur et les lecteurs de sa génération bien des souvenirs d'enfance et même de jeunesse...

UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
UAM - Une aventure moderne
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • : De tout un peu, au quotidien : l'apprentissage de la langue et de l'écriture chinoise, s'il reste un but de l'auteur, est désormais bien loin des sujets abordés...
  • Contact

Recherche